ArcheoCelt3D

Archéologie et imagerie numérique : numérisations, traitement des données et mise en place d'une procédure de reconnaissance automatique des formes

Responsabilité scientifique :

  • Thierry Lejars

Partenariat :

Financement :

  • DIM Matériaux anciens et patrimoniaux

Descriptif :

L’identification d’ateliers de fabrication est une des problématiques de la recherche archéologique et numismatique. Elle implique la définition de critères permettant d’identifier dans la production artisanale ou artistique des ensembles similaires. Il peut s’agir suivant les cas de marques de fabrique, de signatures d’ateliers ou d’individus, ou encore d’outils. Ce travail, réalisé jusqu’ici de manière empirique, peut désormais bénéficier des derniers apports des techniques d’imagerie numériques. La numérisation 3D de détails significatifs (estampages, coins monétaires) permettra de comparer les différents spécimens et de mettre en place un référentiel des empreintes répertoriées à la manière de ce qui se fait pour les empreintes digitales. Le stage a pour objectif de se familiariser avec les techniques de numérisation de petits objets avec un instrument de haute précision (SmartScan, Aicon) et de procéder au traitement des données afin de comparer les images. Il s’agit de mettre en place des protocoles pour traiter de grandes séries comme les frappes monétaires et les estampilles qui ornent certaines catégories d’objets. Le stagiaire pourra s’appuyer sur un corpus déjà numérisé de plus de 300 monnaies correspondant à une centaine de coins et divers objets archéologiques avec décors estampés (armes, strigiles…). Ceci devra se faire en tenant compte de l’état du support (usure, corrosion, déformation plastique, cassure) qui gêne la lisibilité des objets métalliques ornés.

 

Stagiaire : Jessica Dubos

«  
»