a_sentitola_02_h11

SAVESPO

Sauver le patrimoine espérantiste : le voyage de Lucien Péraire

Responsabilité scientifique :

  • Pascal Dubourg Glatigny

Partenariat :

  • MSH Paris Nord
  • Association Espéranto France

Financement :

  • DIM Matériaux anciens et patrimoniaux
  • CNRS
  • Inria
  • Université Paris 8

Descriptif :

Le projet « Sauver le patrimoine espérantiste : le voyage de Lucien Péraire » vise à numériser et mettre à disposition un fonds composé de plusieurs séries de manuscrits et différents objets et documents (photos, cartes de géographie, fanions brodés, drapeaux, passeports et laissez-passer …) relatifs au voyage de Lucien Péraire en bicyclette à travers l’Europe, l’URSS et l’Asie (1928-1932). Il comporte une première série de cahiers de notes en sténographie (source primaire rédigée durant le voyage), leur transcription en français et leur traduction commentée en espéranto. Une série de cahiers de commentaires, rédigés dans les années 1970, apportent en outre un regard rétrospectif de l’auteur sur son périple d’avant-guerre. Le tout comprenant plusieurs milliers de pages (environ 7500). Ce récit de voyage possède une grande importance historique : il s’agit du témoignage d’un ouvrier-charpentier, membre de l’association des ouvriers espérantistes (SAT) mais non-adhérent du PC, délivrant quantité d’informations sur la situation politique, sociale, religieuse et culturelle des régions traversées, et à ce titre-là intéresse tant les spécialistes de l’URSS que ceux de l’Asie. D’un point de vue technique, ces documents se trouvent dans les caves d’une association qui ne présentent pas les conditions adéquates de conservation, ni ne permettent un accès aux scientifiques. Leur numérisation, si elle ne résout pas dans l’immédiat et directement la question de leur conservation physique, permettra au moins la conservation pérenne de leur contenu et leur mise à disposition à tous. Enfin, le projet ne consiste pas en une simple opération de numérisation mais participe également à la mise au point de l’outil de reconnaissance manuscrite développé dans le cadre du projet CREMMA (projet soutenu par le DIM) pour les parties rédigées en français et en espéranto, et permettra également d’élargir les fonctionnalités de l’outil, en l’appliquant sur un système d’écriture, la sténographie française, ce qui est inédit. A terme, cela permettra une recherche libre dans les quatre corpus parallèles, une association entre les textes et les documents et objets complémentaires, selon une recherche thématique, chronologique ou géographique.