MICMAC

Microscopie corrélative pour l'étude des matériaux anciens

Responsabilité scientifique :

  • Alexandra Pineau-Legrand
  • Isabelle Sidéra
  • Christophe Petit

Partenariat :

  • Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès (MAE)
  • Université Paris-Nanterre

Financement :

  • DIM Matériaux anciens et patrimoniaux
  • Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès (MAE)

Descriptif :

Aujourd’hui, la combinaison de plusieurs méthodes d’imagerie est devenue indispensable pour répondre à des questions et problématiques scientifiques toujours plus poussées, posées par l’archéologie. La microscopie corrélative permet de créer une passerelle entre la microscopie optique et les méthodes analytiques offertes par la microscopie électronique en combinant les données obtenues au microscope optique avec la résolution du MEB ; ceci grâce à une reconnaissance automatique au MEB, des zones d’intérêts définies au microscope optique et inversement. Les applications sont nombreuses pour l’étude des matériaux anciens anthropiques ou naturels, caractérisation technique et fonctionnelle des objets archéologiques en roches ou sédiment meuble induré, matières osseuses, métal ; identification des processus taphonomiques ; détermination structurale des écofacts (graines, grains d’amidon, pollens, charbons, coquillages, etc.).
Le projet Microscopie corrélative pour les matériaux anciens – MICMAC vise à proposer pour les laboratoires de sciences humaines et sociales d’Ile-de-France en lien avec les sciences des matériaux et les sciences de l’environnement, un système de microscopie corrélative pour l’étude des vestiges archéologiques. Le système que nous souhaitons acquérir comprend un microscope optique motorisé capable de travailler en réflexion et en transmission, une caméra et un logiciel d’imagerie et de mesures pour l’acquisition d’images 3D et relevés topographiques, un logiciel pour la microscopie corrélative et un porte-échantillon dédié. Il sera installé au sein de la plateforme ArchéoScopie de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès (MAE), dédiée à l’analyse microscopique des vestiges anthropiques et naturels, qui dispose déjà d’un microscope électronique à balayage (MEB) conventionnel à pression variable couplé à un détecteur EDS. Cette plateforme, unique pour les laboratoires SHS, sera alors en mesure de répondre à de nouveaux besoins analytiques déjà diagnostiqués et d’accroître une nouvelle fois les compétences techniques de la plateforme notamment en matière d’acquisition de données qualitatives et quantitatives.

«  
»