MAT_PAR_DIM_MAP_AAP_2021_4_photo3

MAT-PAR

Des matériaux pour se parer : constructions territoriales et réseaux sociaux chez les Magdaléniens du Bassin parisien

Responsabilité scientifique :

  • Ludovic Mevel
  • Catherine Perlès

Partenariat :

  • Institut d’Archéologie Scientifique – Groupe de Travail de Géoarchéologie – Université de Tübingen
  • CRARM

Financement :

  • DIM Matériaux anciens et patrimoniaux

Descriptif :

Ce projet de recherche postdoctorale porte sur la géographie culturelle des populations de chasseurs collecteurs nomades de la fin de la période glaciaire. Ce moment est marqué par de profondes modifications environnementales qui ont inexorablement eu pour conséquence le développement de nouveaux enjeux territoriaux et économiques et donc une refonte globale des identités, des interactions sociales et des modalités d’occupation de l’espace. Le projet propose d’étudier les constructions territoriales et les réseaux sociaux des groupes humains ayant occupés le Bassin parisien à la fin du Magdalénien (13 000 BP) au travers d’une analyse fine des matériaux utilisés dans les productions d’objets de parure. La valeur identitaire universelle de ces derniers explique qu’ils aient été particulièrement utilisés dans les relations sociales et les phénomènes d’échange. Coquilles fossiles et roches tendres noires (également appelées « lignites ») sont parmi les matériaux privilégiés dans les productions de parures magdaléniennes. Or, en étant liés à un âge géologique et/ou à un biotope précis, ces matières ont des origines géographiques restreintes que l’on peut reconnaître. Afin de pouvoir relier les supports utilisés pour la parure à leur(s) source(s), cette recherche s’appuiera sur la constitution de référentiels actualistes (malacologiques et pétrographiques) et la réalisation d’analyses physiques permettant une caractérisation fine des matières utilisées. Les résultats obtenus fourniront des informations inédites sur les choix opérés pour acquérir les matériaux destinés à la parure (exploitation des ressources locales vs apports extrarégionaux) et permettront ainsi de mettre en évidence le dynamisme des connexions interrégionales dès cette période ancienne.
«  
»