Annexe_Image_CARAPACE 2

CARAPACE

Caractérisation paléozoologique et historique de l’évolution des interactions homme-tortues en Asie du Sud-est continentale depuis le Pléistocène

Responsabilité scientifique :

  • Valéry Zeitoun
  • Olivier de Bernon

Partenariat :

  • Max-Planck Institute for the Science of Human History

Financement :

  • DIM Matériaux anciens et patrimoniaux

Descriptif :

La tortue est un animal central dans l’univers symbolique et spirituel des populations modernes et anciennes d’Asie du Sud-est. Les tortues sont également parmi les taxons les plus menacés par l’activité humaine contemporaine, mais les causes de leur déclin depuis le Pléistocène sont encore mal documentées et l’histoire des interactions homme/tortue demeure très mal connue. L’objectif du projet CARAPACE est de faire progresser la connaissance de l’évolution des relations que les sociétés humaines du Sud-est asiatique ont entretenues avec les tortues et, à terme, de mettre l’histoire de ces interactions en relation avec l’évolution passée, présente, voire future, de la biodiversité de ces taxons dans cette aire subtropicale. Pour se faire, le projet prévoit l’utilisation de méthodes de pointe pour l’étude des ossements anciens de tortues retrouvés dans les sites paléontologiques et archéologiques (morphométrie géométrique et paléoprotéomique) ainsi qu’un travail de recensement et d’identification des figurations et évocations de tortues dans les sources artistiques, religieuses, textuelles, épigraphiques ou historiques. La combinaison de ces approches entre sciences humaines et sciences biologiques va, de manière originale et inédite, permettre l’obtention de nouvelles données concernant les relations Homme-tortue au cours du temps. À terme, pourvoyeuse de référentiels encore inexistants, cette étude nourrira une réflexion concernant l’évolution récente des populations de tortues et les moyens à mettre en oeuvre pour leur sauvegarde mais permettra également d’apprécier comment des mythes ou courants religieux importés sur place s’approprient la faune locale et la transcrivent dans une iconographie adaptée aux discours initiaux.
«  
»