Journée Cai-rn et DIM sur les référentiels – reportée en 2021

Journée Cai-rn et DIM sur les référentiels – reportée en 2021

ActualitésÉvénements
Partager :
20151104_123437-3


De la conception à l’épistémologie : nature, concepts et enjeux des référentiels en archéométrie et sciences de la conservation


Le réseau CAI-RN de la MITI du CNRS et le DIM « Matériaux anciens et patrimoniaux » de la Région Île-de-France vous invitent à venir échanger autour des enjeux liés aux référentiels.

Cette réflexion se déroulera en deux temps. Le premier sera consacré aux aspects épistémologiques liés à la constitution et à l’usage des référentiels en archéométrie ou en sciences du patrimoine et fera l’objet d’une journée thématique le 24 novembre 2020 sur le Campus Pierre et Marie Curie de Sorbonne Université.
Le second temps, qui fera l’objet d’une journée au printemps 2020, portera sur la constitution, l’exploitation, la conservation et la pérennisation des référentiels. Plus d’information au sujet de cette seconde journée seront communiquées dans les prochains mois.

***

Collections de métaux et scories, de pigments, d’organismes, de cernes de bois, de spectres polliniques, de traces traduisant des gestes, des techniques ou des fonctions, de spectres analytiques, de valeurs isotopiques, de données génétiques… Les référentiels sont de natures diverses, immatériels ou objets incluant des matériaux ou des échantillons biologiques. Actuels ou archéologiques, ils ont été collectés avec un ensemble d’informations associées, ou sont issus d’expérimentations. Ils peuvent définir des matières, des phases, des provenances, des populations, des gestes et des pratiques ou des structures.
Les référentiels sont un point d’ancrage de nombreuses démarches en archéologie, archéométrie et sciences du patrimoine et de la conservation. Ils guident et conditionnent l’interprétation des valeurs mesurées sur les vestiges du passé. Leur conception, leur constitution et leur utilisation posent des questions épistémologiques. Le référentiel permet-il véritablement de réduire l’éventail des paramètres possibles menant in fine à l’état observé, soulevant alors la question de l’équifinalité ? La création du référentiel n’emprunte-t-elle pas à un modèle préétabli voire paradigmatique ? En ce sens, dans quelle mesure l’adéquation au référentiel constitue-t-elle une preuve ? Peut-on et doit-on constituer un référentiel « actuel » pour modéliser et comprendre des évènements, des populations, des mécanismes du passé ? Quelles limites à la non-exhaustivité des référentiels ? Quel apport des référentiels altérés ?
L’objectif de cette journée sera de comparer les démarches conceptuelles pour la constitution et l’utilisation des référentiels archéométriques de toutes natures en les illustrant de cas d’étude, et in fine d’aborder ensemble les questionnements épistémologiques sous-jacents.

Les inscriptions seront closes le 17 novembre 2020. Afin de respecter les normes sanitaires, un nombre maximal de 75 personnes seront accueillies dans la salle, au-delà duquel les inscriptions seront fermées. Dans ce contexte particulier, si vous vous inscrivez, votre présence sera appréciée.

Pour s’inscrire

Pour télécharger les résumés des interventions

Partager :

Actualités liées