PyrEx

Pyritisation Expérimentale d'animaux marins : étude des processus organiques et inorganiques, et comparaison avec le registre fossile

Responsabilité scientifique :

  • Sylvain Charbonnier
  • Sylvie Derenne

Partenariat :

Financement :

  • DIM Matériaux anciens et patrimoniaux

Descriptif :

Les fossiles constituent des témoins privilégiés des organismes et écosystèmes anciens, ouvrant des perspectives sur la diversité et l’évolution de la vie ancienne sur Terre. L’épigénie des organismes par la pyrite, appelée pyritisation, est un processus commun de préservation par minéralisation qui, dans certains cas dits à « préservation exceptionnelle », peut substituer des tissus mous usuellement perdus lors des premières étapes de dégradation (diagenèse). Ces fossiles fournissent alors des informations clé sur l’anatomie, le comportement et l’évolution de ces organismes. Bien que de nombreux taxons provenant d’importants sites fossilifères disséminés autour du globe aient été pyritisés, les mécanismes et contrôles mis en jeu sont incomplètement compris. En parallèle, le rôle de la matière organique et de son altération lors de la diagenèse est peu documenté. En conséquence, les informations potentielles que recèlent les fossiles restent partiellement indéchiffrables. L’objectif de ce projet est de proposer un scénario de pyritisation focalisé sur des animaux marins (crustacés) afin de mieux comprendre les réactions compétitives, organiques et inorganiques, associées au processus de fossilisation « exceptionnelle ». Pour cela, nous testerons expérimentalement les influences relatives de l’environnement, de l’anatomie et de la diagenèse. Les modifications structurales subies par la matière organique seront documentées en parallèle des processus de minéralisation, afin d’estimer le potentiel relatif des tissus animaux marins (mous ou durs) à être pyritisés. La morphologie des tissus expérimentalement pyritisés sera caractérisée, et notamment la texture et l’habitus des cristaux de pyrite. Enfin, pour comparaison, les mêmes caractérisations, tant organiques que minéralogiques, seront réalisées sur des fossiles du même groupe.

 
 
Post-doctorante : Giliane Odin

«  
»