Post-doctorat – La pratique picturale de Jean-Baptiste Oudry d’après l’analyse des oeuvres conservées dans les collections françaises

 

Porteurs

  • Thierry Lalot
  • Claire Gérin Pierre

Partenaires

  • HiCSA
  • C2RMF

Axes

  • Objets : provenance, chaînes opératoires, pratiques
  • Matériaux d’artistes et matérialités des oeuvres
  • Altération et conservation

Financement

  • DIM Matériaux anciens et patrimoniaux

 

Résumé

On se propose d’étudier la pratique picturale de Jean-Baptiste Oudry (1686-1755) à partir de l’analyse de ses œuvres conservées dans les collections françaises. Ses procédés, le choix de ses matériaux et de ses outils, ont jusqu’ici été définis par extrapolation de ses conférences, Sur la manière d’étudier la couleur et Sur la pratique de la peinture, prononcées à l’Académie royale de peinture et de sculpture le 7 juin 1749 et le 2 décembre 1752. Enoncés à la fin de sa carrière, ces textes rendent compte de son expérience de peintre mais également d’une profonde connaissance des productions de ses contemporains et de ses prédécesseurs. Il accorde une attention particulière à leur évolution matérielle arguant l’importance des choix techniques de l’artiste pour leur bonne conservation. On envisage dont d’analyser la production du peintre et de la confronter à ses écrits afin de mesurer l’intégration de ses constats dans sa propre pratique.

L’étude reposera sur l’analyse matérielle de sa production. Les soixante-neuf tableaux d’Oudry déjà restaurés dans les ateliers du C2RMF et bénéficiant d’un dossier d’imagerie scientifique et de rapports de restauration, ainsi que les quatre tableaux, L’hiver (MV8514), Le printemps (MV8538), L’été (MV7359), L’automne (MV736), conservés au château de Versailles, et devant faire l’objet d’une restauration fondamentale dans le dernier semestre 2017, constitueront le corpus principal de cette étude. Le post-doctorant s’attachera à identifier la nature des matériaux présents et leurs modes d’application. Les résultats seront dans un deuxième temps confrontés aux texte afin d’en évaluer la portée pour l’étude de sa pratique. Une attention particulière sera accordée à l’état de conservation et au parcours patrimonial des œuvres dès lors qu’ils conditionnent la qualité des informations technologiques.