EVAS

Évaluer l’activité d’un scriptorium : les encres comme révélateur de l’activité d’écriture au chapitre cathédral de Chartres (XIVe siècle)

Responsabilité scientifique :

  • Pierre Chastang
  • Laurianne Robinet
  • François Bougard

Financement :

  • DIM Matériaux anciens et patrimoniaux
  • Fondation des Sciences du patrimoine

Descriptif :

Le projet a pour but, à partir de l’analyse d’une sélection de manuscrits chartrains datés du XIVe siècle, de constituer une nouvelle méthodologie d’étude des pratiques d’écriture au sein d’un scriptorium médiéval, qui intègre aux données codicologiques traditionnellement prises en compte, l’analyse des matériaux constitutifs (encre, parchemin support). Les encres, au même titre que le support – parchemin ou papier – ou le style de l’écriture – analyse paléographique –, constituent une donnée essentielle pour identifier les modalités et le contexte de production des textes. Pourtant, faute d’une méthodologie adaptée, les encres comme le support restent peu utilisés par les sciences humaines et sociales pour comprendre comment les manuscrits sont produits. Il s’agira donc de mettre en place, de façon interdisciplinaire, cette méthodologie et proposer, ainsi, de nouvelles connaissances sur la production des manuscrits à la fin du Moyen Âge.

Deux questions sont au centre du projet : disposer de données précises sur la variabilité de la composition des encres métallogalliques et sur l’identification du support, fondées sur une sélection d’échantillons établie à partir de l’analyse paléographique et codicologique des manuscrits ; bâtir une méthodologie permettant l’intégration de ces données à l’étude de la production des manuscrits dans les scriptoria et ateliers d’écriture au Moyen Âge.

 

Post-doctorant : Nicolas Ruffini-Ronzani

«  
»