De la matière au chef d’œuvre

Responsabilité scientifique :

  • Anne Lafran
  • Etienne Anheim

Partenariat :

  • Lycée Racine, Paris

Financement :

  • DIM Matériaux anciens et patrimoniaux

Descriptif :

Comment passe-t-on de la matière, puis des matériaux, au « chef-d’œuvre » ? Qu’est-ce qui, dans ce processus, fabrique le chef d’œuvre ? Le projet mené avec une classe de seconde du lycée Racine vise à comprendre que l’objet « patrimonial », ici dans un domaine artistique, n’est pas une donnée mais une construction historique et matérielle. L’histoire du « chef-d’œuvre » passe tout d’abord par son élaboration technique, matérielle et concrète, puis par son entrée dans une collection, ses usages,  sa conservation (éventuellement sa restauration), les discours qu’on a tenus sur lui (analyse ; histoire des arts), sa transmission au public (scénographie muséale entre autres). Nos idées concernant les œuvres d’art, leur statut et les moyens de les présenter évoluent ; pouvons-nous prétendre que nos chefs-d’œuvre, nos canons, sont reconnus, compris et appréciées partout au monde ? Le chef d’œuvre est-il universel ? Les matériaux qui le constituent ont-il été conçus comme tels dans le passé, ou bien se sont-ils chargés progressivement d’une valeur patrimoniale ? Il existe bien une « fabrique » du chef d’œuvre. Il s’agit bien ici de le désacraliser un peu pour l’envisager dans toute sa matérialité, en tant qu’objet historique et culturel.

«  
»